Vers une reconversion professionnelle réussie...

Confinement : le bon moment pour préparer sa reconversion ?

Tout d’abord nous espérons que vous allez bien et que vous êtes en sécurité.

D’où que vous nous lisiez, il est très probable qu’en ce moment même vous soyez confiné, et que cette situation dure encore quelques semaines. Si vous visitez notre site pour la première fois, c’est peut-être le confinement qui vous a amené à vous poser des questions sur la satisfaction ou non que vous avez au travail.

Est-ce le bon moment pour penser à votre carrière ?

Et bien cela dépend sans doute de plusieurs choses : de ce à quoi ressemble votre confinement, de ce que vous attendez de votre vie professionnelle mais aussi d’estimer si vous aurez le recul nécessaire pour ne pas surévaluer les conditions actuelles et en tirer des analyses plus générales.

 

Peut-être le bon moment pour me demander si j’aime mon travail

 

Il n’y a pas une réalité du confinement mais bien des réalités très différentes.

Certains sont en activité partielle et ont probablement plus de temps pour eux, d’autres continuent de travailler, en respectant les gestes barrières ou en le faisant depuis la maison. Certains sont confinés seuls, d’autres le sont avec leur famille, peut-être avec des enfants à qui il faut faire l’école à la maison. Bref sans surprise, nous ne sommes pas tous égaux face au confirment.Si cette période est particulièrement stressante pour vous, que vous ne parvenez pas à envisager l’avenir, alors il n’est sans doute pas recommandé de se rajouter de la pression en pensant à votre futur professionnel. Dans ce cas ne vous précipitez pas. Attendez que vos émotions passent, que la situation se stabilise, pour mener cette importante réflexion de manière plus sereine.

Mais de la même manière que certains profitent du confinement pour se mettre au yoga, cette période d’isolement peut être propice à une réflexion plus profonde sur sa carrière. Donc si vous en avez le temps, et que vous êtes dans un état d’esprit à peu près serein, cette coupure avec le rythme habituel de votre vie est peut-être l’occasion de réfléchir à ce que vous faites et à comment vous le faites, à ouvrir votre esprit à l’idée d’embrasser une nouvelle réalité professionnelle.

Et ce, d'autant que le stress généré par la crise sanitaire actuelle peut faire ressentir à certains une forme d'urgence de vivre. Si la maladie peut nous surprendre si vite, alors est-ce je suis satisfait(e) de la manière dont je vis cette vie ?

Est-ce que j’aime ce que je fais ? 

Est-ce que j’ai envie de continuer comme ça ?

 

 

Mais attention à bien savoir évaluer cette situation très particulière

Si vous êtes en télétravail depuis plusieurs semaines et que vous avez l’impression d’être de moins en moins épanoui, est-ce vraiment le travail lui-même qui vous pose un souci ? Télétravail avec des enfants

Ou peut-être est-ce simplement l’isolement qui vous pèse, l’éloignement d’avec vos collègues, ou encore le fait qu’en plus de ce travail vous êtes supposé accompagner vos enfants dans leur scolarité ?

En fonction des circonstances, le mal-être qui peut donner l’impression d’être général est peut-être très lié à la situation exceptionnelle dans laquelle vous vous trouvez.

 

De plus il ne faut pas négliger le stress que le confinement peut générer chez certains d’entre nous. Dans certains cas le stress peut avoir un effet paralysant, et dans d’autres, il peut nous donner l’envie de tout envoyer balader. Loin de nous l’idée de vous décourager de vous préparer au changement, mais encore faut-il être sûr de le faire pour de bonnes raisons, dans un contexte suffisamment serein. Si le stress biaise la réflexion, il est sans doute préférable de ne rien changer pour l’instant.

Si je ne suis pas bien, qu’est-ce qui me manque le plus ? Qu’est-ce qui me pèse le plus ?

Est-ce que je me sens dans les bonnes conditions pour entamer une réflexion sur mon futur professionnel ?

 

Me demander comment est-ce que je peux apporter ma pierre à l’édifice, sans tomber dans l’excès

Quand tant de personnes se trouvent en retrait, en télétravail ou en activité partielle notamment, rend d’autant plus visible ceux qui font tenir la société.

Donc, ceux qui souhaitent considérer une nouvelle réalité professionnelle, peuvent être amenés à se poser la question de leur utilité sociale. C’est non seulement intéressant, mais aussi bien sûr tout à fait louable.

Formations a distance - langues étrangères Mais attention : ce n’est pas parce que vous travaillez dans un bureau à réaliser des choses qui en ces temps de crise peuvent vous apparaître bien futiles que vous devez absolument changer d’orientation.

Autant il est légitime d’admirer toutes celles et tous ceux qui travaillent en première ou deuxième ligne pendant cette période de crise, autant il serait excessif de considérer qu’en dehors de ces rôles là, il n’y aurait point de salut.

Pour tous ceux qui sont en recherche de sens, cette crise nous doit pas vous/nous empêcher de considérer l’utilité des métiers, en dehors même du simple contexte de cette crise tout à fait particulière.

La meilleure chance d’être utile c’est encore d’être là où nous avons les compétences, mais aussi où nous aimons faire ce que nous faisons.

 

 

Est-ce que ce que je fais au quotidien est la manière dont je veux contribuer au bien commun ?

Est-ce que je pense que je pourrais aimer, au moins autant sinon plus, un métier dans lequel j’apporterai plus à la société ? Est-ce ce dont j’ai vraiment envie ?

Bon courage, que vous décidiez de repenser votre projet professionnel ou pas.

Et dans tous les cas, prenez bien soin de vous !

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top