Vers une reconversion professionnelle réussie...

L’évolution du monde du travail

Le travail doit-il être repensé pour s’adapter au futur ?

La société change et avec elle le monde du travail.
avenir-du-travail
Dans cette vidéo en anglais, Douglas Rushkoff, essayiste, conférencier et auteur de "Throwing Rocks at the Google Bus: How Growth Became the Enemy of Prosperity" est interrogé sur le futur du travail.

En répondant à 10 questions, il dépeint ce que sera, selon lui, le travail de demain.

En voici quelques phrases extraites et traduites :

Les ordinateurs peuvent faire à peu près tout, mieux que nous.

Douglas Rushkoff explique que la robotisation du travail peut être inquiétante pour tous ceux qui voient leur contribution à la société uniquement en en terme d’utilité. Si on arrive à voir la valeur de l’être humain d’une manière plus sacrée autrement que par le biais de son travail, alors il n’y a pas à s’inquiéter, selon lui.

Interrogé sur l’hypothèse qu’un jour, les machines fassent tout et qu’il n’y ait plus de travail, Ruskoff explique alors que le travail, tel que nous le connaissons encore aujourd’hui, a été créé à l’ère industrielle, qu’avant cela les gens créaient et échangeaient et que ce n’est que vers la fin du Moyen-âge que les rois ont décidé de rendre les petits travaux illégaux, et d’obliger les gens à travailler pour les compagnies des rois et non à leur propre compte.

C’est là que les jobs ont commencé à exister, lorsqu’au lieu de vendre notre valeur, nous avons commencé à vendre notre temps.

Lorsque le présentateur lui demande s’il faut redéfinir la notion de job, Douglas Rushkoff répond :

Plus que de devoir redéfinir ce qu’est un job, nous allons devoir carrément faire disparaître le concept d’emploi qui signifie être employé par quelqu’un d’autre.

Il continue en expliquant que selon lui, nous devrions tous être propriétaires des sociétés pour lesquelles nous travaillons.

Nous ne pouvons plus avoir une semaine de 40 heures, dont l’objectif était de s’assurer que tout le monde travaillait bien la même durée. Il faut réfléchir en terme de quelle valeur nous créons et déterminer individuellement de quelle quantité d’heures nous avons besoin pour apporter cette contribution.

Rushkoff insiste sur le fait que nous devons changer notre perception et ne plus voir les gens comme des rouages d’une machine de l’ère industrielle.
Il rajoute alors :

Toutes les expériences montrent que moins on demande aux gens de travailler, plus ils contribuent à la société.

Bref, vous l’aurez compris, les prochaines années et décennies vont voir se profiler beaucoup de changements dans le monde du travail !
Et comme nous ne sommes pas du genre à nous contenter de boire aveuglement les paroles d’une seule personne, nous voulons nous attarder sur tous ces sujets.

Quel impact ces évolutions vont-elles avoir sur le travail et la reconversion ?

Dans les prochaines semaines, nous allons donc nous interroger sur 4 tendances, souvent intimement liées les unes aux autres :

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top