Vers une reconversion professionnelle réussie...

Les interviews de l’été

Du fait d’un ralentissement de la publication des entretiens pendant la période estivale, nous avons choisi de regrouper les entretiens publiés en juillet, août et septembre pour en faire la synthèse que nous vous présentons aujourd’hui.

Et le moins que l’on puisse dire est que notre été s’est trouvé ensoleillé de parcours radieux.

C’est d’abord l’attrait de nos témoins pour leur travail précédent qui saute aux yeux. Chez eux, point de rancœur mais au contraire beaucoup d’intérêt pour leur activité précédente… et pourtant à un moment quelque chose se passe, ce petit ou grand quelque chose qui a fait qu’ils ont été plus à l’écoute de leurs envies, de leur passion profonde, des valeurs qui les portent, jusqu’à franchir un, deux ou plusieurs pas sur le passionnant chemin de la reconversion.
interviews-reconversion-juillet-aout

Un premier travail vraiment apprécié

L’un des apprentissages importants de nos 4 témoins de l’été est que l’on peut tout à fait entamer une démarche de reconversion en aimant son travail. Loin de l’image de rejet que certains imaginent, une reconversion peut n’être qu’une action positive, tournée vers l’activité rêvée, sans récuser celle qui a pu être pratiquée jusqu’alors.

Léa dessine depuis qu’elle est toute petite et s’est donc très naturellement tournée vers le métier de graphiste/illustratrice.
Elle ne tarit pas d’éloge sur une de ses expériences en alternance.

C’est une de mes meilleures expériences et j’y ai découvert le travail dans une grosse structure. L’équipe était géniale, les projets étaient tops.

Et d’ailleurs au-delà de son activité professionnelle, elle anime également un blog d’illustrations pour exprimer sa passion du dessin sans contrainte :

lea-citation-bulle
Ça fait du bien des fois dans la vie de faire quelque chose qu’on ne nous demande pas et qu’on choisit

Matthieu lui-aussi aimait son travail au sein du département Marketing, il aimait le produit sur lequel il travaillait et avait de bonnes relations au sein de son entreprise.

Sophie, appréciait elle aussi beaucoup ce qui fut son premier emploi « à la fois polyvalent et riche en terme de rencontres ».

Quant à Elisabeth, elle parle de son expérience dans les Ressources Humaines avec une certaine ferveur.

… j’ai beaucoup travaillé dans les RH à l’international [...] C’est passionnant d’apprendre à chaque fois les règles, le contexte juridique, les habitudes, la culture business dans chaque pays. Le côté international et les voyages m’ont toujours passionnée.
elisabeth-citation-bulle1

Pourtant à un moment de leur vie, au travail ou dans leur vie privée, un évènement va les inviter à remettre en question leur choix professionnel.

Un déclic qui éveille

Qu’il s’agisse d’une période de stress intense (pour Elisabeth), des soucis de santé (pour Léa), de la naissance d’un enfant (pour Sophie) ou du départ d’un manager particulièrement apprécié (pour Matthieu), il y a souvent un élément en lien ou pas avec le travail qui a accéléré la réflexion et ensuite joué un rôle plus ou moins important dans la prise de décision.

En cela le récit de Léa est particulièrement révélateur :

Après quelques mois, j’ai commencé à avoir des sérieux problèmes de santé, des gros problèmes digestifs. Les contrariétés étaient loin d'arranger les choses. J’ai vraiment commencé à me poser des questions et à me dire que ça faisait un moment que je n’étais pas super heureuse dans le graphisme alors que c’était censé être un projet épanouissant. J'avais aussi l'impression d'avoir fait le tour de mon métier. Des choses me manquait dans ce job : la relation humaine, le dynamisme et j'avais le sentiment d'être inutile.

Et celui de Sophie s’inscrit dans un cheminement très similaire, même si ce qui a causé le déclic a été très différent.

sophie-citation-bulle
A mon retour de congé maternité, j’étais pleine d’énergie et je me sentais différente, plus forte qu’avant, plus courageuse. De surcroît, je ne me sentais plus très en phase avec le fonctionnement de mon employeur et l’aspect très « politique » d’une organisation patronale. Une envie irrésistible de mettre mon énergie à disposition d’un projet personnel était en train de croître en moi.

Mais ce déclic ne fait que déclencher la réflexion. Celle-ci est ensuite alimentée par des valeurs, des envies voire une passion enfouie au début de la vie professionnelle ou qui s’est simplement développée par la suite.

Des convictions qui prennent le dessus

Si l’une de nos témoins explore actuellement un projet artistique, les trois autres sont partis à la recherche d’une certaine forme de bien-être.

Pour Matthieu, sa conviction c’est de pouvoir améliorer le bien-être qui commence par produire ce que l’on mange, revenir à ce qu’un jardin peut nous apporter sans négliger les innovations qui permettent un suivi plus précis.
Ce qui le motive, c’est la certitude que leurs serres connectées qui s’appuient sur les principes de la permaculture et de l’aquaponie peuvent :

matthieu-citation-bulle
changer la manière de s’alimenter, les circuits de consommation.

Léa s’inscrit dans une idée du bien-être relativement proche puisqu’elle trouve :

juste formidable que l’on puisse améliorer sa santé juste en mangeant de bons aliments.

Sophie cherche à intervenir sur le bien-être de ses clients au niveau de l’habitat (via le Feng Shui) et par la gestion des énergies (Reiki et astrologie chinoise).

Quant à Elisabeth, sa passion est profondément ancrée

Au fond de moi, j’ai le rêve de développer des activités artistiques depuis que j’ai 11 ou 12 ans. J’ai toujours su que je voulais au minimum en faire une partie très importante de ma vie. Je gardais en tête qu’un jour je trouverais le moyen de le faire.

Parmi nos 4 témoins, 2 sont déjà pleinement dans leur nouvelle activité, 1 est en cours de formation pour se permettre de démarrer prochainement son nouveau métier, et la 4ème se laisse du temps pour réfléchir et explorer les possibilités avant de décider de passer ou pas le pas de la reconversion.

Mais nous nous réjouissons que ces 4 personnes soient engagées dans une démarche qui ne correspond pas au rejet d’un métier abhorré, mais bien plus à la volonté de dépasser le seul stade du travail qui plaît pour aller vers une activité qui comble de sens.

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top