Vers une reconversion professionnelle réussie...

La procrastination, principal ennemi de la reconversion ?

Il y a 4 jours c’était la journée mondiale de la procrastination.

J’aurais donc du écrire ce post le 25 mars… mais voilà j’ai moi-même procrastiné quelques jours, sans doute pour me laisser le temps d’organiser les réflexions que m’inspirait cette journée, et avec elle toutes les qualités que l’on semble trouver soudainement à cette manie de remettre au lendemain ce que l’on pourrait faire le jour même.
blog_procrastination_01
Histoire de mettre tout le monde à l’aise, je ne suis certainement pas en mesure de juger, étant moi-même régulièrement « victime » de ce phénomène.
Après tout, quel sera l’impact si je « décale » ?
Qui cela va-t-il réellement gêner si je « repousse un peu » ce que je m’étais pourtant engagée à finir aujourd’hui ?
Donc bien sûr je ne juge personne, mais je ne souhaite pas pour autant que ce travers dans lequel je me reconnais malheureusement parfois, puisse être promu quasiment au niveau d’un nouvel art de vivre.

Bien sûr que nous avons besoin de faire des pauses, dans un monde toujours plus rapide, bien sûr qu’il y a une petite idée de rébellion à refuser les cadences quelquefois infernales exigées dans certaines entreprises, mais procrastiner est le meilleur moyen que rien n’arrive… et quand je dis rien, cela inclue bien sûr rien de bien.

Et c’est notamment le cas pour tout ce qui touche à la gestion de sa carrière.

Combien de personnes ai-je entendu me dire un jour « j’aurais besoin de tes conseils, j’aimerais réfléchir à l’orientation que je veux donner à ma carrière ». Nous y passons du temps ensemble, chacun repartant avec ses « devoirs », qu’il s’agisse d’un exercice à faire pour comprendre ses véritables sources de satisfaction et d’insatisfaction, d’un questionnaire à compléter ou encore d’une liste de priorités à établir. Et dans certains cas quelques semaines, voire mois passent sans que je n’ai de nouvelles. Lorsque je prends finalement l’initiative de relancer la discussion, il n’est pas rare d’entendre « c’est toujours d’actualité, je vais m’en occuper », qui est une manière délicate de dire « je n’ai encore rien fait ».
Or je ne connais pas beaucoup de personnes qui changent de métier sans le vouloir, juste par hasard. Il doit exister quelques cas mais soyons clairs, ils tiennent de l’exception. La règle c’est qu’une démarche de reconversion doit être intentionnelle pour avoir une chance d’aboutir. C’est un projet qui implique une réflexion, établir des priorités, dégager des pistes, entamer des démarches, dans certains cas reprendre une formation, convaincre des décideurs,…. Rien qui ne puisse se faire si l’on repousse sans cesse au lendemain.

Si l’étape de réflexion venait à s’éterniser, sans en faire ressortir quoique ce soit d’exploitable, alors le risque serait de stagner et en fonction de la situation, végéter dans un travail insatisfaisant.

blog_procrastination_02
Comment faire pour que cette étape ne se prolonge pas plus que nécessaire ?

Une solution relativement simple consiste à la découper en étapes clés dont chacune sera traduite en un plan d’action propre.
Parce que si rien ne sert de se précipiter, à partir du moment où vous avez identifié que vous n’étiez pas heureux dans ce que vous faisiez, repousser à plus tard les initiatives nécessaires à préparer votre changement, ne revient qu’à accepter la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Ayez cela en tête la prochaine fois que vous serez tentés de procrastiner sur un sujet aussi sérieux que votre carrière ou votre bonheur.

Et si vous commenciez aujourd’hui ?

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top