Vers une reconversion professionnelle réussie...

L’évolution du monde du travail : L’usage du numerique

Nous allons nous attarder dans les prochaines semaines sur 4 tendances, souvent intimement liées les unes aux autres. Commençons par voir ce que les nouvelles technologies ont apporté et enlevé au monde du travail.

  • L’usage du numérique
  • L’automatisation
  • La notion de temps
  • L’espace de travail

L’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) a organisé, du 13 au 17 juin, la 13ème « Semaine pour la Qualité de Vie au Travail » avec, cette année, des colloques autour du thème « Mieux travailler à l’ère du numérique ». Voilà ce que nous en avons retenu.

Les nouvelles technologies révolutionnent-elles le monde du travail ?

De nouvelles obligations de réactivité et de disponibilité

Quelque soit le métier que nous faisons, les nouvelles technologies y sont de plus en plus présentes. Leur objectif premier est censé être de nous rendre service, de nous permettre de gagner du temps et/ou de mieux faire notre travail. Mais l’on se retrouve alors avec des sollicitations plus régulières et plus pressantes (notamment le fait d’être joignable en permanence via la messagerie instantanée ou les smartphones), des situations de stress dû au manque de maîtrise de certaines de ces technologies (notamment par des gens qui ne sont pas nés avec ces outils et qui ont dû s’y adapter)…D’ailleurs, à ce titre, Hervé Lanouizière, directeur général de l’Anact, se figure le numérique comme un catalyseur de l’accélération sociale.
Aussi, plutôt que d’évoquer un droit à la déconnexion (qui offrirait à chacun le droit de “débrancher” de temps en temps), il préfère parler de liberté de connexion (démarche moins défensive face aux nouvelles technologies, qui permettrait à chacun de choisir de son plein gré le moment où il souhaite se connecter pour travailler).

Lors de ce même colloque, l’Anact a présenté en infographie les résultats d’une enquête TNS Sofres menée pour son compte. Cette dernière laisse à penser que la réalité de l’apport des technologies telle qu’elle est perçue par les salariés est plus mitigée que l’expression “liberté de connexion” pourrait le laisser penser.
infographie-semaine-qvt

On y découvre ainsi que :
- Les chefs d’entreprise sont quasi systématiquement plus enthousiastes que les salariés face au numérique.
Un paradoxe se dessine puisque :
- 85% des salariés et 90% des chefs d’entreprises estiment que l’usage des technologies numériques a eu un impact positif sur leur QVT
mais
- 19% des salariés estiment que leur équilibre vie privée / vie professionnelle s’est dégradé contre 18% qui pensent qu’il s’est amélioré et 63% qui considèrent que cet équilibre est resté stable.
- 29% des salariés estiment que leur charge de travail s’est dégradée sous l’effet du numérique (vs. 21% d’amélioration et 50% de stabilité),
28% estiment que la pression sur les délais s’est dégradée (vs. 19% d’amélioration et 53% de stabilité), et 26% soulignent la dégradation du niveau de stress (vs. 16% d’amélioration et 58% de stabilité)

Cette tension entre l’apport des technologies d’un côté et les nouvelles contraintes qu’elles imposent aux salariés, s’explique sans doute par le fait qu’avec les ordinateurs portables et les smartphones, le travail s’est immiscé dans la vie privée, le rendant accessible depuis presque partout et à toute heure.

Différentes interventions et tables rondes ont ensuite permis de s’interroger, durant cette semaine de la QVT, sur les problématiques engendrées, directement ou indirectement, par les nouvelles technologies.

Une hyperconnectivité qui nous invite à la responsabilité

L’un des problèmes majeurs semble être l’hyperconnectivité. L’immédiateté rendue possible par le numérique fait peser sur les salariés des contraintes excessives de réactivité. On attend de leur part qu’ils soient disponibles et prêts à travailler à peu près partout et tout le temps.

Jean-Emmanuel Ray, professeur de droit privé à l’université Panthéon-Sorbonne, parle de ce qu’il appelle le « code du savoir-vivre au pays des nouvelles technologies ». Il explique comment un grand nombre d’emails reçus devient finalement un statut social, pour valoriser son propre niveau d’importance dans l’entreprise. C’est le syndrome typique du cadre qui se plaint du nombre d’emails qu’il reçoit chaque jour, alors qu’il en envoie largement autant.

Certaines entreprises commencent d’ailleurs à mettre en place des solutions de régularisation des emails en encourageant par exemple leurs salariés à ne pas envoyer d’emails en dehors des heures de travail prévues, afin de limiter ainsi la pression sur les destinataires de devoir être réactif même pendant leur temps libre.

Un équilibre vie privée / vie professionnelle menacé

Les nouvelles technologies ont entraîné une intensification du travail. On ne peut pas envisager de réduire le temps de travail si la charge de travail augmente. Or, l’équilibre vie privée / vie professionnelle est de plus en plus plébiscité par les travailleurs et particulièrement par les nouvelles générations.

Des salariés de plus en plus contrôlés ?

De plus l’intensité des contrôles est considérablement augmentée par les nouvelles technologies. Même si les entreprises libérées tentent de réduire ces postes de contrôle et ainsi de rendre la hiérarchie la plus plate possible, nombre des autres entreprises (la majorité) utilisent le numérique pour mieux surveiller leurs collaborateurs.

Pourtant des améliorations visibles

Bien sûr, le numérique a également a permis des progrès au monde du travail.

Simplification

Salariés et chefs d’entreprise, dans l’étude de l’Anact, s’accordent à souligner la simplification induite par le numérique. En effet les outils technologiques ont permis de faciliter bon nombre de démarches répétitives et besogneuses.

Le Télétravail

Les démarches collaboratives sont grandement facilitées, quelque soit la situation géographique des différents acteurs sur un même projet.
Ainsi, par exemple, de plus en plus d’entreprises acceptent voire facilitent le travail à distance de leurs employés. Ceci répond à une forte attente des salariés.

Quel impact sur ma reconversion ?

Dans un sens positif ou non, on voit bien que le numérique révolutionne le monde du travail. Pour autant cela n’a pas à être vécu comme une fatalité.
D’abord parce que dans certains cas il est évidemment une source d’opportunités. Même si Claire donne des cours de yoga en présentiel, notamment en entreprise, la nature même de l’activité de son site internet GetYogi est permise par le développement du numérique.
Cela ne veut pas dire que toute idée est bonne à partir du moment où elle peut faire l’objet d’un site Web, et c’est d’ailleurs l’un des risques de certains projets de reconversion. Trop souvent on a pu penser qu’une idée moyenne, à partir du moment où elle pouvait se décliner en site Internet, suffisait à se justifier, voire aller garantir le succès de son auteur. Les échecs plus ou moins retentissants de certains “.com” nous ont rappelé que l’économie obéit à des règles auxquelles n’échappe pas sa déclinaison numérique.
Si le numérique n’est pas la panacée de la reconversion, il n’en n’est pas non plus un impératif.
Si l’on pense à Frédéric et son élevage d’escargots, il a au contraire abandonné le numérique dont il vivait dans son précédent métier pour se concentrer sur une activité très concrète, pour laquelle il n’utilise plus l’ordinateur que pour remplir les diverses déclarations dues à l’administration.
Anaïs est également passée d’un travail où elle passait la majorité de son temps assise derrière des écrans, à un autre où elle est sur le terrain, sans cesse en mouvement avec les enfants.

Donc pas de doute, le numérique a changé la façon de travailler de nombreux d’entre nous, en mieux ou en moins bien, et va sans doute amener encore d’autres changements. Mais à chacun de décider la place qu’il souhaite lui accorder.

Et vous, quelle place êtes-vous prêt à laisser/donner à la technologie dans votre travail ?

Tags: , , ,

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top